Challenge the status quo YouTube


picture
Photo by Alexandra Fuller - Unsplash.com


Since 1901, every year, an individual writer has had the privilege to receive the distinguished award of the Nobel Prize in Literature in appreciation for their life work in writing. With the first-ever Laureate, French Poet Sully Prudhomme, the world has since then witnessed 114 awards, given to 118 individuals, including 102 men and 16 women. Even more interesting is the analysis that only 6 Black Africans have received this award so far, the first Black African being Nigerian-born Wole Soyinka in 1986.

On Thursday 7th of October 2021, the Swedish Academy, responsible for this award, announced the winner of the 2021 Nobel Prize in Literature to be Tanzanian-born Abdulrazak Gurnah making him the first Black to win the prize since Toni Morrison in 1993. According to the announcement made by the Swedish Academy representative, this year's winner, Abdulrazak Gurnah was chosen for his uncompromising and compassionate penetration of the effects of colonialism and the fate of the refugee in the gulf between cultures and continents. His book Paradise being the work that lead to this victory.

Abdulrazak Gurnah has written ten novels and several short stories. His work includes "Memory of Departure", "Pilgrims Way", "Dottie", "Paradise", "Admiring Silence", and "Afterlives". All of his writings explore the themes of exile, identity, and belonging. His focus has been on colonialism and its effect in East Africa, especially in Zanzibar, where he grew up, and also refugees and displacements.

The book "Paradise", which was shortlisted for the Booker Prize in 1994, is one of Abdulrazak Gurnah’s finest and was named by the Nobel prize committee as the Writer’s major work. In contrast to the image of paradise as a world of eternal bliss, peace, satisfaction, and tranquillity, Abdulrazak's book "Paradise" tells the story of indentured servitude, war, pain, and instability. In this piece, he exploits multiculturalism and multi-ethnicity. South African scholar Johan Jacobs rightly describes Abdulrazak’s "Paradise" when he said; “Gurnah shows in Paradise that the corruption of trade into subjection and enslavement pre-dates European colonization and that in East Africa servitude and slavery have always been woven into the social fabric.”

Abdulzarak writings is inspired by his early years’ experience in Zanzibar, where he lived until 1964 when he was forced to move to England as a refugee due to hostility towards people of Arab origin in his hometown and country. His writings focus not only on the history of colonialism but, emphasize identities and experiences of refugees, bringing out a point that history is about real people with real existence.

Concerning the writer, Abdulrazak Gurnah was born in Zanzibar in 1948. In 1964 at the age of 18, he fled Zanzibar to escape a violent uprising in his hometown. During his years of exile abroad, Abdulrazak took to writing as means to cope with the trauma of his past. This means of survival turned out to be a pot of gold for Abdulrazak as his writing inspired several, turning him into the writing sensation he is today. Several critics have described his writings to be beautiful and sensitive. Until his retirement, Abdulrazak Gurnah was a professor of English and Postcolonial Literature at the University of Kent in England.


Depuis 1901, chaque année, un écrivain a eu le privilège de recevoir la récompense distinguée du prix Nobel de littérature en reconnaissance de son travail d'écriture. Avec le tout premier lauréat, le poète français Sully Prudhomme, le monde a depuis été témoin de 114 récompenses, décernées à 118 personnes, dont 102 hommes et 16 femmes. Encore plus intéressante est l'analyse selon laquelle seuls 6 Noirs africains ont reçu ce prix jusqu'à présent, le premier Noir africain étant Wole Soyinka, né au Nigéria en 1986.

Le jeudi 7 octobre 2021, l'Académie suédoise, responsable de ce prix, a annoncé que le lauréat du prix Nobel de littérature 2021 serait Abdulrazak Gurnah, d'origine tanzanienne, faisant de lui le premier Noir à remporter le prix depuis Toni Morrison en 1993. Selon l'annonce faite par le représentant de l'Académie suédoise, le lauréat de cette année, Abdulrazak Gurnah a été choisi pour sa pénétration sans compromis et compatissante des effets du colonialisme et du sort des réfugiés dans le gouffre entre les cultures et les continents. Son livre "Paradise" (Paradis) étant l'œuvre qui a mené à cette victoire.

Abdulrazak Gurnah a écrit dix romans et plusieurs nouvelles. Son travail comprend "Memory of Departure", "Pilgrims Way", "Dottie", "Paradise", "Admiring Silence" et "Afterlives". Tous ses écrits explorent les thèmes de l'exil, de l'identité et de l'appartenance. Il s'est concentré sur le colonialisme et ses effets en Afrique de l'Est, en particulier à Zanzibar, où il a grandi, ainsi que sur les réfugiés et les déplacements.

Le livre "Paradise", sélectionné pour le Booker Prize en 1994, est l'un des meilleurs d'Abdulrazak Gurnah et a été nommé par le comité du prix Nobel comme l'œuvre majeure de l'écrivain. Contrairement à l'image du paradis comme un monde de bonheur éternel, de paix, de satisfaction et de tranquillité, le livre "Paradise" d'Abdulrazak raconte l'histoire de la servitude sous contrat, de la guerre, de la douleur et de l'instabilité. Dans cette œuvre, il exploite le multiculturalisme et la multiethnicité. L'universitaire sud-africain Johan Jacobs a décrit à juste titre "Paradise" d'Abdulrazak lorsqu'il a déclaré : « Gurnah montre dans Paradise que la corruption du commerce en sujétion et l'esclavage sont antérieurs à la colonisation européenne et qu'en Afrique de l'Est la servitude et l'esclavage ont toujours fait partie du tissu social. »

Les écrits d'Abdulzarak s'inspirent de l'expérience de ses premières années à Zanzibar, où il a vécu jusqu'en 1964, date à laquelle il a été contraint de déménager en Angleterre en tant que réfugié en raison de l'hostilité envers les personnes d'origine arabe dans sa ville natale et son pays. Ses écrits se concentrent non seulement sur l'histoire du colonialisme, mais mettent l'accent sur les identités et les expériences des réfugiés, mettant en évidence le fait que l'histoire concerne de vraies personnes avec une existence réelle.

S'agissant de l'écrivain, Abdulrazak Gurnah est né à Zanzibar en 1948. En 1964 à l'âge de 18 ans, il a fui Zanzibar pour échapper à un violent soulèvement dans sa ville natale. Au cours de ses années d'exil à l'étranger, Abdulrazak s'est mis à écrire pour faire face au traumatisme de son passé. Ce moyen de survie s'est avéré être une mine d'or pour Abdulrazak, car son écriture en a inspiré plusieurs, faisant de lui la sensation d'écriture qu'il est aujourd'hui. Plusieurs critiques ont décrit ses écrits comme étant beaux et sensibles. Jusqu'à sa retraite, Abdulrazak Gurnah était professeur de littérature anglaise et postcoloniale à l'Université de Kent en Angleterre.


October 11, 2021 . 3 min . by Odile Ndongo



More stories
























Privacy policy | Sitemap